•  

                          Plan de la maison et des jardins, (jardins reconstitués en 1980,  grâce au don d'une riche américaine "amoureuse de Monet".)       Photographie de Claude Monet ( Paris, 1840 - Giverny, 1926 )       Le peintre des "Nymphéas" Monet adolescent dessinait des caricatures, jusqu'à sa rencontre avec E. Boudin qui l'initia à la peinture de paysage de plein air. Lorsque, après son service militaire, il s'installa à Paris, l'artiste fréquenta, J. Renoir, A. Sisley, qui s'enthousiasmèrent pour Manet et son "Déjeuner sur l'herbe".Cependant Monet resta très attiré par Courbet, Corot et peignit souvent en forêt de Fontainebleau,comme les peintres de Barbizon. Il subit également l'influence de peintres Anglais tels : W. Turner et J. Constable, ainsi que des Hollandais et de l'art japonais.     Estampe, faisant partie de sa collection.  Monet porta un grand intérêt à la photographie, lié à ce qui impressionne la rétine de l'oeil.Son tableau "Impression, Soleil levant", donna son nom à cette nouvelle forme de peinture.        Dans des séries comme " Cahédrales de Reims", il s'attache à restituer les variations de l'atmosphère,la lumière changeante, en utilisant des couleurs lumineuses et claires.     Gambetta, après la chute de Napoléon III, décide de poursuivre la guerre, Monet  s'installe alors,en Angleterre avec quelques amis : Pissaro...De retour en France, après l'écrasement de la Commune, grâce à l'héritage paternel ,la dote de son épouse et les achats que lui fait Durand Ruel, après la misère, il peut vivre largement, dans une jolie maison d'Argenteuil, entourée d'un jardin. Mais cette prospérité ne durera pas.Ce n'est qu'après le succès de son exposition de 1860, que les soucis financiers s'estompent. En 1883, il loue à Giverny, une longue bâtisse à étage,entouré d'un verger en fleurs, qu'il transformera en une demeure fort agréable avec de magnifiques jardins.     Giverny : la maison au crépi rose, aux volets et escaliers verts. Une petite visite à l'intérieur avant de faire une longue promenade dans les jardins.                      La cuisine   
              

                                                                         salle à manger Un passage obligé dans l'atelier du maître de son vivant :   

     

     

                                                                     Reconstitué 
             

       Monet achète Giverny en 1890, il ne cessera d'embellir la propriété : faisant creuser des bassins, semant des nénuphars. Le maître engagera 7, jardiniers, un chef et 6 aides,dont un chargé uniquement de maintenir les bassins propres, afin d'ôter toute impureté à la surface, afin que les reflets du ciel et des nuages ne soient pas troublés.  En 1899, il commence le cycle des "Nymphéas", et passe le plus clair de son temps à Giverny.     Encouragé par son ami Clémenceau (à droite), Monet (à la longue barbe),après une série de deuil, et un début de cataracte, fait construire un vaste atelier entre 1914 - 15, pour "Décorations des Nymphéas", qu'il commence en 1916 et dont il fera don à la France en 192O.Clémenceau fera construire un musée pour conserver les "Nymphéas". Les nénuphars du jardin d'eau       Un détail des "Nymphéas"  
      Un de ses amis écrit :"Ce n'est pas un jardin, mais une forêt vierge avec des couleurs toujours franches : aucune n'est rosée ou bleutée, elles sont rouges, elles sont bleues."       Bachelard le philosophe écrivit : "Monet eut à Giverny, quand il fut riche - si tard ! -des jardiniers d'eau pour laver de toute souillure les larges fleurs des nénuphars en fleurs,pour animer les justes courants qui stimulent les racines, pour ployer un peu plus la branche du saule pleureurqui agace sous le vent le miroir de l'eau.  
                       
      Les iris du jardin     "Iris mauves"   

                                           Le pont japonais  

      
                                                                                                                                                        Peint par Monet

      Monet en 1919, perd son dernier ami : Renoir, il est pratiquement aveugle,Clémenceau le décide à se faire opérer, l'opération réussie et l'artiste écrit, en 1925 : "Je travaille comme jamais et ne demande qu'à vivre jusqu'à cent ans. Cependant l'année suivante il est atteint d'une grave tumeur, il meurt neurasthénique le 6 décembre 1926.Tous les habitants lui feront cortège, ils le considérent depuis longtemps comme un des leurs. Anecdote : "Quand les employés des pompes funèbres ont voulu couvrir le cerceuil d'un drap noir, le Tigre,en un geste sublime, a arraché d'une fenêtre un rideau fleuri et l'a jeté sur la bière en disant :"Pas de noir pour Claude Monet". Monet dans ses entretiens avec Clémenceau lui disait :"Je n'ai fait que regarder ce que m'a donné l'univers, pour en rendre témoignage avec mon pinceau....."  Rendez-vous dans l'album photo, pour une plus ample visites des jardins... Les commentaires sont fortement appréciés, mais un petit message sur le livre d'or est un grand plaisir, merci.
         
    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires